Modernisation de Maya-Maya : du rêve à la réalité

Rendre compétitif l’aéroport international Maya-Maya et l’arrimer aux exigences de la modernité, tel est l’objectif que le Congo se propose d’atteindre. L’inauguration du premier module et de la deuxième piste d’atterrissage de cette plate-forme aéroportuaire, par le Chef de l’Etat, Denis Sassou Nguesso, le 11 août 2010, épouse bien cette vision.

 

coupure du ruban de la première phase de modernisation de Maya-Maya

Construite par la société SGEC Congo, la deuxième piste est une bande d’envol de 3700 mètres sur 300 mètres de large, entre la piste actuelle et la base aérienne, dans laquelle s’inscrit une piste de 3300 mètres de long sur 45 mètres de large, avec des accotements de 7,5 mètres de part et d’autre, et un prolongement d’arrêt de 100 mètres à chaque seuil. Elle est reliée à la première par trois bretelles.

Le tarmac a été réhabilité et élargi, passant en surface de 87.000m2 à 120.000m2, pour un coût de 57 milliards 602 millions de francs CFA financés par le budget l’Etat congolais. L’aérogare inaugurée comporte une ossature métallique vitrée de couleur verdâtre, trois passerelles télescopiques vitrées adaptées aux avions de type Airbus A-380 et Boeing 747 de la série 400. Elle est conçue pour traiter de plus d’un million cinq cent mille passagers par an.

 

Banques d'enregistrement

Banques d’enregistrement

Le premier module constitue une véritable révolution qui a touché la conception, les matériaux, les équipements, afin de mieux respecter la vision futuriste du Président de la République, dont l’ouvrage est, avant tout, l’expression.

Il est réalisé par la société anonyme de coopération technique et économique internationale de Chine (WEITC), dans le cadre du partenariat stratégique entre la République Populaire de Chine et la République du Congo. La contribution étant de 15%.

Cette société réalisera non seulement les deux modules de l’aérogare et le pavillon présidentiel, mais aussi l’aéroclub, l’hôtel de grand standing et le parking autos, pour un coût global de 85 milliards de francs CFA.

Une fois achevé, le projet renforcera le rôle de pays de transit dévolu au Congo et améliorera la physionomie de Brazzaville.

 

Modernisation de Maya-Maya : du rêve à la réalité

Toujours dans le cadre de ce projet, une route à double sens de 2,8km est aménagée en vue de faciliter l’accès des passagers au terminal.

Profitant de cette cérémonie, le Délégué général aux grands travaux, a éclairé la lanterne des journalistes sur l’importance des projets réalisés, à réaliser et en cours de réalisation , à l’instar des installations terminales de Maya-Maya.

La mise au point, qui a sanctionné la cérémonie d’inauguration de la première phase de la modernisation de Maya-Maya, a eu lieu dans la salle d’embarquement de ce terminal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *