Lancement des travaux de l’hôpital d’instruction des armées de Brazzaville.

Le président de la République, Son Excellence Monsieur Denis Sassou N’guesso, a lancé officiellement les travaux de construction de l’hôpital d’instruction des armées de Brazzaville, le 15 février 2016.

Lancement des travaux de l’hôpital d’instruction des armées de Brazzaville.
La cérémonie de la pose de la première pierre de ce futur établissement sanitaire qui fera du Congo un pôle de santé de référence dans la sous-région, s’est déroulée en présence des corps constitués, des ambassadeurs et chefs de missions diplomatiques, sur le site retenu, en face de la Nonciature Apostolique.
Si le coût prévisionnel de ce projet intégrateur entièrement financé par le budget de l’Etat congolais est de l’ordre de 167 milliards 228 millions 814 mille 814 francs CFA, son exécution estimée à 48 mois, est l’œuvre de la société israélienne AMS. Tandis que Le contrôle de la qualité des travaux de cet ouvrage est confié à l’ingénieur conseil Egis Bâtiment International.
Il sied de noter que ce nouvel hôpital de proximité, nanti d’espaces et équipements nécessaires aux exigences de la modernité, épouse la vision du chef de l’Etat s’inscrivant dans son programme santé pour tous. Cet hôpital qui supplantera l’actuel hôpital central des armées Pierre Mobengo, verra sa capacité d’accueil presque doublée à 443 lits dont 334 d’hospitalisation, contre 229 lits dans l’hôpital existant. A souligné le ministre à la présidence de la République, chargé de l’Aménagement du territoire et de la Délégation générale aux grands travaux, monsieur Jean Jacques Bouya.

 

Lancement des travaux de l’hôpital d’instruction des armées de Brazzaville.

Une fois achevé, l’hôpital d’instruction des armées a pour entre autres objectifs de consolider son positionnement stratégique de pôles multidisciplinaire, de référence en cardiologie, coronarographie, d’instruction et de gestion des catastrophes.

Réalisé sur une superficie de 12 hectares, le complexe hospitalier d’instruction des armées comprend 5 bâtiments : le bâtiment A plain-pied sera destiné aux consultations externes et aux services de d’hémodialyse. Le bâtiment B de 3 étages avec sous-sol, est réservé aux urgences, à l’administration et l’hospitalisation, aux services de réanimation, de soins intensifs de bloc opératoire et d’autres. Le bâtiment c, lui, regorge également 3 étages dédiés à la maternité, la pédiatrie et la néonatologie. Le bâtiment D, au sous-sol, consacré aux locaux techniques, aux ateliers de maintenance et au système de traitement d’épuration des eaux usées et de traitement d’eau potable. Doté d’une salle de conférences ultra moderne de 300 places, le bâtiment E, quant à lui, sera destiné au centre d’instruction des armées. Celui-ci regorgera, en son sein, 4 centres, notamment pour l’instruction technique de réanimation avant ; pour la transfusion sanguine ; pour l’instruction liée aux services de santé ; pour l’expertise médicale du personnel navigant et plongeant.

L’hôpital d’instruction des armées est l’un des plus grands parmi les 15 hôpitaux en construction sur l’ensemble du territoire national, dans la lignée de l’hôpital Mère-enfant Blanche Gomez, à Brazzaville, l’hôpital général spécialisé d’Oyo, dans la Cuvette, et des 12 hôpitaux généraux départementaux.

 

« L’élan guérisseur de ce complexe qui sort de terre et qui ne tardera pas d’être attractif déterminera, nous le présageons déjà, la grandeur et l’importance de cet établissement public dont la vocation et même l’essence est de renforcer la synergie entre l’armée et la Nation. Et donc raffermir les liens entre l’armée et le peuple par un rapprochement idéal du métier aux patients et aux autres usagers de l’hôpital. De manière la plus limpide possible, le personnel de santé devrait pouvoir administrer des soins généraux et spécialisés de plus haute qualité avec sérénité et sécurité, intégrité et efficacité, compassion et humanité, dans les conditions optimales de travail qui tiennent compte des évolutions technologiques, de sorte que des talents éclosent et contribuent à consolider la force de cet établissement dans lequel tout le monde sera estimé, respecté et soutenu », a martelé le ministre Jean Jacques Bouya.

Prenant la parole, à cette occasion, le ministre à la présidence de la République chargé de la défense nationale, Charles Richard Mondjo dont le département est le principal bénéficiaire, mettant en exergue la nécessité de construire un nouvel hôpital des armées en vue d’offrir des prestations dignes de cette infrastructure, n’a pas manqué d’apprécier les efforts du président de construire des hôpitaux de haute facture, dans tous les départements du pays, en vue d’améliorer les conditions de prise en charge des malades.
« Le lancement des travaux de construction de l’hôpital d’instruction des armées, ce jour, est l’expression de la volonté du président de la République de moderniser les services de l’administration de la force publique », a laissé entendre le ministre Charles Richard Mondjo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *