DIVERSIFIER

Pour peu qu’on scrute l’histoire des pays en mouvement, ou  qu’on  y déroule l’accomplissement de  l’impact  socio-écono- mique de leurs actions, en tant  que  réalité  tangible, on comprendra que c’est l’obstination  des  acteurs résolus à cette entreprise qui en justifie l’évidence.

Fort de ce constat, par des appels incessants et par maintes initiatives, le Président de la République forge notre esprit au changement de paradigmes.

Si de manière récurrente, cette  marche vers le développement a été freinée par divers aléas, elle a pu néanmoins, durant la mise en œuvre de La Nouvelle Espérance et du Chemin d’Avenir, programmes de gouvernement des septennats écoulés, poser les jalons de l’épanouissement infrastructurel du pays, propice à la diversification, l’arrimer ainsi au train de la modernité et le connecter au village planétaire.

Conscient que ce processus doit toujours se maintenir par des approches novatrices, il va falloir, par idéal, développer des synergies nouvelles afin de capter le maximum d’investissements directs dont la mise en œuvre présupposera une visibilité pour la postérité.

Cette appréhension du développement encline à l’ouverture intègre a priori les suppliques des milieux financiers bilatéraux et multilatéraux, ainsi que des partenaires non institutionnels.

C’est pourquoi,  en plus des acquis à entretenir, l’édification  de nouvelles unités structurantes en vue de systématiser durablement la croissance économique et ses attendus, est nécessaire.

Ces approches innovantes, qui permettront de dompter les contraintes budgétaires publiques, faciliteront courant 2019, selon les cas de figure, le déroulement des études et chantiers :

  • lancement des travaux de la Zone économique spéciale, après la libération des espaces nécessaires à sa construction modulaire;
  • perfectionnement des études du Port multifonction de Pointe-Noire afin d’en définir un meilleur modèle économique ;
  • lancement de la concession de la dorsale Pointe-Noire – Brazzaville – Ouesso avec nécessité d’implication des investisseurs nationaux ;
  • poursuite du processus de mise en œuvre de la troisième phase de la couverture nationale en télécommunication afin de connecter le dernier kilomètre aux foyers des usagers;
  • finalisation des études de faisabilité de la centrale hydro- électrique de Sounda avec la Société financière interna- tionale;
  • poursuite et finalisation du processus de mise en œuvre du projet de Pont route-rail sur le fleuve Congo, avec la Banque Africaine de Développement et Africa-50 pour lequel le Président Denis SASSOU N’GUESSO a été désigné comme champion par ses pairs ;
  • achèvement des travaux des tours jumelles de Mpila qui avancent à un rythme satisfaisant ;
  • extension du parc à conteneurs au port autonome de Pointe-Noire, en vue de l’accroissement de ses activités ; • achèvement de la route d’intégration sous régionale tronçon Sembé-frontière du Cameroun ;
  • poursuite des travaux de l’Université Denis SASSOU N’GUESSO de Kintélé ;
  • poursuite des travaux du deuxième module de l’hôpital spécialisé Mère et Enfant Blanche Gomez, dont le premier a été mis en service, pour le bien-être des populations.

La lecture de cette déclinaison et traduit le pragmatisme de l’action gouvernementale sur différents paliers sociétaux vise notamment à créer les conditions favorables à l’épanouissement socio-économique du pays.

Ainsi, dans l’aménagement continu du territoire national, il est certain que les sentiers empruntés par des nations modèles, raffermissent logiquement la démarche de cette entreprise semée d’embûches mais domptable au gré de la constance et la détermination des acteurs.

De toutes nos forces, nous y croyons.

Jean Jacques BOUYA 

Ministre de l’aménagement, de l’équipement du territoire, des grands travaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *