La délégation du CAFI reçue par le ministre BOUYA

La délégation de l’initiative pour la forêt d’Afrique centrale (CAFI), qu’accompagnaient Bertrand COCHERY, ambassadeur de France au Congo et Sasha De lang, représentante de l’Union Européenne au Congo, a conféré ce jeudi 05 avril  2018 avec le ministre de l’aménagement, de l’équipement du territoire, des grands, Jean Jacques BOUYA.

Au cours d’une séance de travail, les deux parties ont examiné l’intérêt de la gestion spatiale du territoire dans la mise en œuvre des politiques de déforestation dans le bassin du Congo, la deuxieme plus importante réserve de biosphère au monde.

Ces partenaires de la République du Congo qui ont fait le tour de quelques administrations congolaises impliquées dans la gestion des forêts, ont reconnu le rôle transversal du ministère de l’aménagement, de l’équipement du territoire et des grands travaux dans l’arbitrage sur l’occupation des terres.

Le Congo qui dispose d’une loi d’orientation pour l’aménagement et le développement du territoire présente l’un des taux de déforestation parmi les plus bas du bassin du Congo (0.052%). Avec l’appui de la stratégie nationale REDD+, véritable pilier de l’économie verte, le Congo  a validé en juillet 2016 son engagement à réduire la déforestation.

Avec près de 22.5 millions d’hectares de forêts – 65% de son territoire –, la République du Congo est par ailleurs alertée par la Coordination Nationale REDD+ pour qui, plus de 0,5 million d’hectares de forêts pourraient disparaître chaque année entre 2015 et 2020, notamment avec le développement de la culture du cacao et des palmeraies.

Au sortir de l’évaluation des efforts consentis par le gouvernement dans la conservation des forêts du bassin du Congo, les partenaires qui nécessitent une préservation accrue du deuxième poumon écologique mondiale à travers une occupation spatiale optimale du territoire, ont également évoqué la multitude d’opportunités pour les populations qui aspirent légitimement  à la diversification des activités économiques.

Ainsi, une subvention de CAFI permettra à la République du Congo de  soutenir le développement d’un cadre national d’investissement REDD+ compréhensif. Celui-ci sera conçu pour articuler les ressources, existantes et futures, pour la mise en œuvre de la Stratégie nationale REDD+, telles que les financements du Programme d’investissement forestier, du Fonds mondial pour l’environnement, du Fonds vert pour le climat, et d’autres bailleurs multilatéraux et bilatéraux, en plus du financement de CAFI. Les investissements prévus soutiendront des activités axées sur deux programmes à grande échelle :

 Le programme de réduction des émissions qui prévoit en outre la participation des communautés locales aux activités de réduction des émissions, à travers la mise en œuvre  des plans de gestion simplifiés pour les séries de développement communautaires, l’amélioration des pratiques agricoles, et la participation à la conservation de la faune.

La mise en place des plantations forestières à essences à croissance rapide, pour répondre aux besoins énergétiques des grandes villes, notamment Brazzaville. Des méthodes d’utilisation rationnelle du charbon de bois (par exemple les foyers améliorés) seront également considérées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *