Reprise du trafic du CFCO entre Loutété et Brazzaville

Les ponts réhabilités sur le Chemin de fer Congo Océan (CFCO) entre Kinkembo et Loulombo, dans le district de Mindouli, département du Pool, ont été réceptionnés par la commission nationale de réception des ouvrages finis, le 24 novembre 2018, en présence de monsieur Jean-Claude Tchibassa Louboungou, directeur général de cette société.

Détruits le 10 novembre 2016, du fait des troubles socio-politiques, ces ponts situés sur la voie ferrée aux PK 346-800 ; 350-455 et PK 359-440, à quelques encablures de Loutété, refont ont refait peau neuve à l’issue des travaux conduit par la délégation générale aux grands travaux.

Les nouveaux ponts réalisés présentent les caractéristiques suivantes : au PK 350 + 455, il s’est agi notamment d’un dalot de 3,5 m x 4,10 m  et de 15 m de long. Au PK 359 + 440, l’ouvrage est constitué d’une batterie de six (6) dalots de 3,5 m x 2,10 m chacun et une longueur de 24 m.

Au PK 346 + 800, il était question de la mise en œuvre de la solution technique basée sur le chemisage de la pile endommagée avec le renforcement des armatures, la fondation de la pile à consolider de 6,40 m de profondeur.

L’échéance était tout indiquée  pour la commission nationale de réception des ouvrages finis, composée de techniciens et experts du ministère de l’aménagement, de l’équipement du territoire, des grands travaux, maître d’ouvrage délégué ; du ministère des transports, de l’aviation civile et de la marine marchande du constructeur ; du Chemin de fer Congo océan ; de SEAS Astaldi et du Cabinet Gauff Ingenieure, de déployer leur savoir-faire et leur expertise, afin d’apprécier la structuration et la configuration des trois (3) ouvrages d’art.

L’ultime étape de cette réception technique provisoire aura été l’essai-test du passage du train lourd sur le pont de Loulombo, le plus grand et le plus important du canton.

Après avoir effectué ce test passage de la rame composée de dix (10) wagons pesant 891 tonnes, tractées par deux (2) locomotives de séries respectives 1303 et 1306, la commission nationale de réception des ouvrages finis a prononcé la réception provisoire des travaux de construction des ponts détruits sur le Chemin de fer Congo océan, avec quelques réserves.

Il sied de signifier que quelques travaux restent à réaliser, entre autres, l’engazonnement  des talus, l’enrochement de protection en amont et en aval de l’ouvrage, du lit du cours d’eau et le recadrage des lits des cours d’eau en amont et en aval, la création des fossés de crête, la construction des caniveaux, le rétablissement de la voie ferrée déposée sur une longueur de 2 km, la finition du ballastage, l’amélioration de la granulométrie et l’exécution des soudures aluminothermiques.

Paralysé de son trafic entre Loutété et Brazzaville, le CFCO bât de l’aile à redorer son blason de fer de lance de l’économie nationale. Son directeur général, monsieur Jean-Claude Tchibassa Louboungou, s’est dit satisfait des résultats concluants de la réception technique provisoire de ces ouvrages.

La cerise sur le gâteau, est le passage avec succès d’un autre train lourd composé d’une rame de onze (11) wagons citernes de carburants, de deux (2) locomotives, marquant la réouverture des activités du CFCO, sur la ligne Loutété-Brazzaville,  sur ces trois (3) ponts reconstruits dont la qualité et la robustesse ne sont plus à démontrer.

Cependant, un délai de trente (30) jours d’observation a été accordé à SEAS Astaldi pour parachever la levée de toutes les réserves.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *