L’urgence s’impose pour la réhabilitation de la RN2

La deuxième phase des travaux de traitement des érosions et des bourbiers sur la route nationale n°2, notamment dans ses tronçons Massa-Ingah-Inoni Falaise, s’exécute normalement.

Après des fortes pluies qui se sont abattues sur le long de la RN2, rendant impraticable certains tronçons de cet axe routier, le ministre de l’Aménagement, de l’équipement du territoire, des grands travaux, Jean Jacques BOUYA, s’est rendu sur le terrain ce 1er janvier 2019, pour s’enquérir de la situation.

Débutés en septembre 2018 à  Massa et à Nkouo, les travaux sont très avancés et exécutés sur près de trois kilomètres.

Dans ce tronçon, les couches de fondation et de base sont réalisées, la grave bitume déjà effectuée à Massa et en cours de réalisation à hauteur de la monté de Nkouo. La structure est recalibrée de longueurs variables à 11 mètres, si la largeur du bourbier est supérieure à 100 mètres et la longueur à 7 mètres, si la longueur du bourbier est inférieure à 100 mètres.

Cependant le constructeur, China State Construction Engineering Corporation (CSCEC) qui est à pied d’œuvre sur les sites sous le contrôle de l’ingénieur conseil Technip Congo, est confronté à quelques difficultés liées au financement pour faire avancer les travaux et les conduire à terme. Il a saisi l’occasion pour évoquer la sécurisation du personnel qui travaille et des engins dans le chantier. Sur ce point, le ministre Jean Jacques BOUYA lui a donné une suite favorable de requérir les services de la force de l’ordre.

Le voyage sur la RN2 devient un casse-tête au regard de l’état de dégradation avancée de cette partie de la route menacée par de nids de poule, de pattes d’éléphant et de pointe d’érosion. Les nids de poule observés jadis s’élargissent au fil du temps et deviennent des pattes d’éléphant pour certains avec l’abondance de la pluviométrie et les actes d’incivisme des populations riveraines.

Face à cette situation, le ministre de l’Aménagement, de l’équipement du territoire, des grands travaux pense que l’Etat doit diligenter les travaux d’élargissent et de réhabilitation de cet axe routier.  

« Il était impérieux d’effectuer cette descente pour s’enquérir, non seulement, de l’état d’avancement des travaux de traitement des bourbiers entre Massa et Nkouo, mais aussi pour toucher du doigt l’état de dégradation de la route à certains endroits. Après cette visite, un dossier va être monté et envoyé au premier ministre ainsi qu’au président de la République pour appréciation. Nous devons craindre que cette route soit coupée en deux. Nous décrions aussi l’incivisme des populations riveraines de la route qui profitant de la présence des nids de poule sur la chaussée posent des actes d’incivisme en les élargissant davantage pour en faire bonne affaire et rançonner les usagers en difficulté », a fait savoir le ministre Jean Jacques BOUYA.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *