La RN1 désormais mise en concession

Le président de la République, Denis Sassou N’Guesso  vient de procéder, ce vendredi 1er mars 2019, au péage de la Lifoula, dans le district d’Igné, département du Pool, au lancement officiel de la concession de la route nationale n°1 Brazzaville-Pointe-Noire.

 

Reçu sur les lieux par le préfet du département du Pool, les sages et notables de cette entité administrative, le chef de l’Etat s’est imprégné des services et prestations du concessionnaire La congolaise des routes (LCR), avant de poser l’acte de payement, sous l’assistance des agents du jour.

La cérémonie s’est déroulée en présence de SEM Ma FULIN, ambassadeur de Chine au Congo et de SEM Bertrand COCHERI, ambassadeur de France au Congo.

Après avoir salué l’assistance composée des membres du gouvernement et des corps constitués départementaux,  il a passé en revue les planches présentant le projet et visité les installations techniques du péage avant d’apprécier les six autres box érigés au travers de la route.

C’est le groupement d’entreprises  China State Construction Engineering Corporation Ltd (CSCEC) à travers « La Congolaise des routes » qui, par délégation de service public de l’Etat, a gagné le marché, après appel d’offres international, lancé en mars 2016. Le contrat de cette concession a été signé le 5 décembre 2018 à Brazzaville.

 

Ce contrat couvre la route nationale n°1 entre Pointe-Noire et Brazzaville et ses jonctions ; la route nationale n°1 bis entre Brazzaville et Mindouli dont la première partie Brazzaville-Kinkala est immédiatement mise en exploitation ainsi que la route nationale n°2 entre Yié et Ouesso dont l’exploitation débutera ultérieurement après réhabilitation par l’Etat congolais.

 

Longue de 553 km la route Pointe-Noire/Brazzaville sera exploitée, ainsi que toutes les installations y relatives, par le concessionnaire  sur une durée de 30 ans.

Il s’agit notamment de l’entretien et du suivi, de façon pérenne, de la route proprement dite, des sept (7) postes de péage et des centres de pesage érigés le long de cette route, afin de garantir sa survie et d’offrir en permanence aux usagers de cet axe routier un niveau satisfaisant de confort et de sécurité.

 

Une infrastructure entretenue au quotidien pour une mobilité préservée. Tel est l’objectif que se donne China State Construction Engineering Corporation Ltd (CSCEC).

 

L’entreprise prône de maintenir la qualité de ses prestations, à travers plusieurs interventions. Ses missions dans ce contrat sont, entre autres, la coupe des herbes et le nettoyage de la chaussée ; réparation des ouvrages d’assainissement et des ouvrages d’art, des nids de poule ; réfection de la route et de la signalisation ; prévention des éboulements de sol et des érosions ; prise des mesures techniques pour améliorer la qualité de l’entretien et le prolongement de la vie de chaussée.

Pour mener à bien sa tâche CSCEC -Congo s’est dotée de matériel spécialisé et d’une main d’œuvre qualifiée  d’environ 300 emplois, à savoir des ingénieurs des travaux, la main d’œuvre d’intervention sur le site, les chauffeurs et personnel de réparation.

Egis road operation intervient dans la qualité de services aux usagers, à travers l’exploitation.

4ème opérateur mondial autoroutier au monde, Egis Road Operation a pour principales missions  de collecter les péages ; de contrôler le pesage des poids lourds ; d’assurer la surveillance de la route dont son état, évacuation éventuelle d’obstacles ; d’assurer les interventions et la sécurisation  des lieux, en cas d’incidents et d’aider ou d’assister les usagers de la route en difficulté.

Pour accomplir la tâche, Egis Road Operation dispose d’environ 350 emplois directs sur l’ensemble du tracé et plus de 200 emplois indirects dans différents corps de métier dans la gestion des péages, de patrouille et du trafic.

Les recettes des péages et centres de pesage de la route lourde Pointe-Noire/Brazzaville, permettront à la Congolaise des routes d’entretenir la chaussée et ses équipements, développer la sécurité avec une mise en place d’un centre d’appel non-stop pour le dépannage, d’augmenter le nombre de stations-services, des magasins et des aires de repos et enfin mettre en place de nouveaux services bancaires, le long de la route, afin de subvenir aux besoins exponentiels des usagers.

« On construit une route pour la vie, une fois pour toute. L’objectif étant de pérenniser la route. La route est construite par l’argent des contribuables  ou par un financement étranger. Il faut bien une gestion responsabilisée de l’infrastructure pour la rentabiliser, à travers l’entretien, la création des aires de repos et bien d’autres commodités y afférentes répondant aux normes internationales », a fait savoir le ministre de l’aménagement, de l’équipement du territoire, des grands travaux, Jean Jacques Bouya.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *