La BAD réitère son engagement à accompagner le Congo dans les projets du NEPAD

Monsieur Jean Jacques BOUYA, ministre de l’aménagement, de l’équipement du territoire, des grands travaux, président du comité d’organisation de la table-ronde des partenaires techniques et financiers pour les projets BAD au Congo, a pris part, le 5 avril 2019 à Abidjan, en Côte d’Ivoire, à la réunion préparatoire de la table-ronde des bailleurs de fonds pour le financement des projets d’aménagement de la route Ouesso-Bangui-N’Djaména et la navigation sur le fleuve Congo et ses affluents Oubangui et Sangha ainsi que la construction du pont route-rail entre Brazzaville et Kinshasa avec le prolongement du chemin de fer Kinshasa Ilébo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La rencontre a permis aux participants et experts venus de la République centrafricaine, la République du Congo, la République démocratique du Congo et la République du Tchad, et aux responsables de la Banque africaine de développement, d’Africa 50 et de la communauté économique des états de l’Afrique centrale, de s’enquérir de l’état d’avancement de l’instruction de ces projets  intégrateurs inscrit au budget BAD.

Ouvrant les travaux, le directeur général de la BAD pour la région Afrique centrale, le docteur Ousmane DORE a souligné que la présence de haut niveau des ministres à cette rencontre témoigne de l’intérêt que les Etats et la CEEAC accordent à la mise en œuvre effective de ces projets. Il notamment rappelé l’engagement de son institution, en sa qualité de chef de file des bailleurs de fonds, à accompagner les Etats dans la recherche des financements en vue de de la réalisation de ces projets.

Insistant sur la nécessité d’accélérer l’intégration de régionale, au travers d’un accroissement du capital d’infrastructures et sur l’importance plus grande du secteur privé dans le financement de ces infrastructures, M. Pierre GUISLAIN, vice-président de la BAD, chargé du secteur privé, de l’infrastructure et de l’industrialisation a abordé la question des reformes requises pour faciliter cette dynamique. Et de se réjouir des résultats auxquels les parties prenantes sont parvenues lors de ces assises d’Abidjan.

Il ressort de cette réunion que des perspectives encourageantes sont envisagées pour maximiser la participation des partenaires techniques et financiers de tout ordre, afin de concrétiser ces projets à portée sous régionale. C’est le sens à donner au plaidoyer du ministre Jean Jacques BOUYA, président du comité d’organisation de la table-ronde.

« Dans nos pays africains, il existe toujours des afro optimistes qui croient à l’objectif d’unifier l’Afrique par les infrastructures tracé par les pères de l’indépendance. Cette ambition encore vivace qui se met progressivement en forme est poursuivie par l’union africaine, notamment dans le cadre des projets du NEPAD. En Afrique centrale, le Président Denis SASSOU NGUESSO ayant reçu mandat de ses paires se donne à mettre en œuvre l’un des projets emblématiques du pont route-rail entre Brazzaville et Kinshasa. C’est à ce titre que nous participons à la réunion préparatoire de la tenue de la table-ronde. L’adoption de la feuille de route après les présentations techniques de ces projets rassure les experts venus du Congo, de la RCA, de la RDC, du Tchad ainsi que ceux de la CEEAC et de la BAD sur l’issue heureuse de des projets », a fait savoir le ministre Jean Jacques BOUYA.

La Secrétaire générale adjointe de la CEEAC, Marie Thérèse Chantal MFOULA a saisi l’occasion pour exprimer ses remerciements à l’endroit de la BAD pour ses appuis multiformes dans l’amélioration des conditions de vie des populations de l’Afrique centrale et s’est engagé, au nom de la CEEAC, à veiller à la mise en œuvre des recommandations qui seront issues pour une organisation efficace de la table-ronde.

A cette occasion, les participants ont échangé sur  le budget et la feuille de route des activités préparatoires de l’évènement ainsi que sur la stratégie d’identification et d’approche des partenaires techniques et financiers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l’issue des présentations, quelques observations ont été formulées, au nombre desquelles, la confirmation  de la date de la table-ronde pour le 20 juin 2019. Dans cette perspective, ils ont décidé d’entamer les activités préparatoires y afférentes  et d’affiner les présentations des projets pour les rendre plus dynamiques et attrayantes.

De même, ils ont convenu de prendre en compte les préoccupations des partenaires techniques et financiers et des investisseurs privés. A cet effet, ils  ont procédé à un phasage des projets, tenant compte des critères de rentabilité économique et  de l’approche multimodale. Pour ce faire, le budget prévisionnel a été réajusté et la liste des potentiels bailleurs de fonds à inviter à la table ronde de Brazzaville arrêtée.

Afin que tout cela se déroule dans les délais et tienne compte de réalités diverses, une stratégie de communication et d’approche de proximité a été déroulée  et  mise au point, de sorte à obtenir des engagements fermes au plus haut niveau des Etats.

Il sied de souligner que tous les acteurs impliqués dans les études et la réalisation de ces projets étaient présents à ces assises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *