La route Ketta- Ntam-Ftrontière Cameroun achévée

Le ministre de l’aménagement, de l’équipement du territoire, des grands travaux, Jean Jacques Bouya, à la tête d’une délégation d’experts et techniciens des départements impliqués dans la réalisation de la route d’intégration Ketta-Ntam, dans son tronçon Sembé-Souanké-Ntam-Frontière du Cameroun, a effectué, le 13 juin 2019, une visite de terrain sur ce chantier.

Exécutés à 98%, les travaux d’aménagement et de bitumage de ce deuxième tronçon long de 143 km, ont été réalisés en deux sections à savoir Sembé-Souanké 80,6 km et Souanké-Ntam-Frontière du Cameroun sur 62,8 km.

A ce deuxième tronçon, s’ajoute la bretelle Ntam-Alati sur 28 km, au grand bonheur des populations riveraines et des usagers de la route. « Il y a peu que nous faisions une semaine en route pour atteindre Ouesso et payions 17.000 francs. Mais aujourd’hui, grâce à la route nous pouvons faire un aller-retour sans problème et le billet n’est plus cher comme avant. Nous payons désormais 5000 ou 6000 francs par passager. Nous ne savons comment exprimer notre joie. Nous disons merci au président de la République Denis Sassou Nguesso », ont-ils laissé entendre.  

Satisfait du travail réalisé par la société chinoise Sino Hydro sous le contrôle de l’ingénieur conseil CIRA et du respect des délais contractuels, le ministre Jean Jacques Bouya pense que  les congolais, en général, et les populations de cette partie du pays en particulier doivent multiplier les efforts et les stratégies en vue de booster les activités économiques, afin d’accompagner les efforts consentis et la volonté des décideurs tant au niveau national qu’au niveau sous régional.

 « Lancés en mars 2017, les travaux d’aménagement et de bitumage du 2ème  tronçon de la route Ketta-Ntam sont presque terminés. Les petits travaux qui restent se situent  à l’assainissement et au nettoyage du chantier. Un mois après, je pense que tout sera fini et le président de la République pourra procéder à l’inauguration », a révélé le ministre Jean Jacques Bouya. 

Situé à l’extrême nord-ouest du Congo dans le département de la Sangha, la route d’intégration sous régionale Ketta- Sembé-Souanké-Ntam-Frontière du Cameroun dans son tronçon Sembé-Souanké-Ntam-Frontière du Cameroun n’était pas à l’abri de quelques difficultés.

Les aléas climatiques et les difficultés liés à l’approvisionnement du chantier en matériaux y afférents sont à prendre en compte dans la construction de cet ouvrage titanesque.

Touchant sur 13 km le territoire camerounais, la route a été recadrée dans une zone marécageuse entrainant d’énormes moyens financiers et matériels complémentaires, a fait savoir le ministre de l’aménagement, de l’équipement du territoire, des grands travaux, maître d’ouvrage délégué, Jean Jacques Bouya.

Il a, par ailleurs, stigmatisé le comportement des sociétés d’exploitation forestière qui ne respectent pas le tonnage de leurs véhicules pour préserver cet acquis d’intérêt commun. «  Le gouvernement va être très ferme et prendra des décisions fermes à l’endroit de ces sociétés qui ne respectent pas le tonnage. Cette route est construite à 13 l’essieu. Ces véhicules chargent cinquante (50) tonnes voire quatre-vingt (80) tonnes. Ce qui n’est pas normal pour la route. Ils ont commencé à détruire les amorces de la route ; Fort heureusement, les autorités départementales les ont interpellés pour les ramener à l’ordre. Il y a une société qui se déploie à ériger un centre de pesage pour contrôler tout ça ».  

Seize (16) ingénieurs congolais dont cinq (5) filles qualifiés en pont et chaussée ont prêté main forte à la société Sino Hydro.

Très ému de la présence sur le chantier de ces jeunes cadres, le ministre  de l’aménagement, de l’équipement du territoire, des grands travaux a  demandé à la société de les prendre en charge.

Financée par la Banque africaine de développement, la route Ketta- Sembé-Souanké-Ntam-Frontière du Cameroun s’inscrit dans le renforcement du réseau routier national et contribue à relier les Républiques du Congo et du Cameroun par voie terrestre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *