BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT

La Banque africaine de développement (BAD) est une institution régionale multilatérale de financement ayant pour objectif de contribuer au développement économique durable et au progrès social des pays africains, qui constituent les pays membres régionaux (PMR) de la BAD. L’accord portant création de la Banque africaine de développement (BAD) a été signé par les Etats membres le 4 août 1963, à Khartoum, au Soudan. Il est entré en vigueur le 10 septembre 1964. La République du Congo a signé cet accord quatre mois après, le 29 novembre 1963 et ratifié les instruments d’adhésion le 10 février 1965.

Le Groupe de la BAD est composé de trois entités : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN).

Première institution de financement du développement en Afrique, la BAD s’est donné comme priorités la lutte contre la pauvreté, l’amélioration des conditions de vie des populations africaines et la mobilisation de ressources pour le progrès économique et social de ses pays membres régionaux. Le siège de la BAD se trouve à Abidjan.

Au Congo, la BAD participe au financement des projets suivants :

Pont route-rail entre Brazzaville et Kinshasa

Projet phare et intégrateur pour l’Afrique centrale et l’Union africaine, le pont route-rail est un maillon essentiel et déterminant du corridor de la route transafricaine TAH3 Tripoli-Windhoek-Le Cap dont la réalisation est déterminante pour la région Afrique. Il a été inscrit parmi les 14 projets prioritaires du Plan d’action à Court Terme du NEPAD en Afrique centrale et dans les 55 projets du premier programme prioritaire du Plan directeur consensuel des transports en Afrique centrale (PDCT-AC).

Le contrat de mise en œuvre du projet de construction du pont route-rail entre Brazzaville et Kinshasa a été signé ce 7 novembre 2018, à Johannesburg en Afrique du Sud, en présence des responsables de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC),  d’Africa 50 en charge du dossier et de la Banque Africaine de Développement (BAD).

– Route Ketta- Ntam

Le projet d’aménagement et de bitumage de la route Ouesso-S est né de cette volonté politique exprimée par les chefs d’Etat du Congo Brazzaville et du Cameroun de relier Yaoundé et Brazzaville, par une route bitumée. Cette route entre dans la stratégie de développement des infrastructures de transport tant continentales que sous régionales. La liaison Yaoundé-Brazzaville constitue le corridor 29 du réseau routier dit « de première priorité » du Plan directeur consensuel des transports en Afrique centrale.

– Route Ndende-Doussala-Dolisie

Le projet de construction de la route Ndéndé-Doussala (Gabon) et Dolisie (Congo), une transafricaine  longue de 225 km initiée et pilotée par la Communauté Economique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) depuis 2013,  pour désenclaver, faciliter et  booster les échanges entre les deux Etats.

Le projet de construction de cette route rentre dans le cadre des projets du Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD). L’ambition du NEPAD étant de relier toutes les capitales d’Afrique par des voies de communication entièrement  bitumées.